Chronique : Le seigneur des porcheries de Tristan Egolf

16.4.18


Le seigneur des porcheries

TRISTAN EGOLF

Ce premier roman singulier commence avec la mort d'un mammouth à l'ère glaciaire et finit par une burlesque chasse au porc lors d'un enterrement dans le Midwest d'aujourd'hui. Entre-temps, on aura assisté à deux inondations, à quatorze bagarres, à trois incendies criminels, à une émeute dans une mairie, à une tornade dévastatrice et à l'invasion de méthodistes déchaînés ; on aura suivi la révolte d'une équipe d'éboueurs et vu comment un match de basket se transforme en cataclysme. Tout se passe dans la petite ville de Baker, sinistre bourgade du Midwest ravagée par l'inceste, l'alcoolisme, la violence aveugle, le racisme et la bigoterie. Au centre des événements, John Kaltenbrunner, un enfant du pays, en butte à toutes les vexations, animé par une juste rancoeur. Comment John se vengera-t-il de la communauté qui l'a exclu ? Jusqu'où des années de désespoir silencieux peuvent-elles conduire un être en apparence raisonnable ?

Quelle lecture surprenante et inattendue !
C'est sur les conseils d'un proche que j'ai jeté mon dévolu sur Le seigneur des porcheries et je dois dire que j'ai été très surprise par ce texte. L'auteur nous dévoile par le biais d'un narrateur tierce l'histoire d'un homme hors du commun et d'une société "de ploucs" qui cristallise toutes les injustices et préjugés les plus redoutables et stupides qu'une société puisse accumuler.

Les travers de Baker, la petite ville où a grandi John, le pas-tout-à-fait-héros de cette histoire, sont dépeins avec une certaine exagération sans pour autant perdre de leur crédibilité, bien au contraire, plus c'est gros, plus c'est crédible, tellement les portraits de ses habitants sont vivants, brutaux et cyniques. L'intrigue bourrée d'un humour cinglant, fouille et trifouille les aspects peu reluisants d'une ville d'arriérés qui accomplit l'exploit d'être peuplée de roublards et de menteurs patentés, racistes, homophobes, misogynes et j'en passe, tout en maintenant, par l'absence même de coopération ou de collaboration, un noyau dur d'idées dépassées, fausses, mauvaises, nocives et parfaitement injustes. C'est là l'un des sujets principaux de ce roman, la profonde injustice dont va souffrir John tout au long de sa vie.

John est un personnage particulier. Dès sa plus tendre enfance, il montre des prédispositions particulières et extraordinaires pour le travail de la terre et l'élevage d'animaux à un niveau que même les professionnels du coin n'atteignent pas. Et pourtant, il est illétré, mal élevé et totalement asocial, en marge de la société. Plutôt que de voir ses talents là où ils sont et de le laisser les exploiter, les adultes préfèrent essayer d'en faire un gamin formaté aux croyances locales (erronées, bien entendu). Cela permet de souligner avec force l'entêtement incompréhensible et la bêtise sans fond du corps enseignant, des autorités locales et même de la propre mère de John. C'est bluffant, révoltant et pathétique en plus d'être décrit avec efficacité. L'histoire ne s'arrête pas là et se poursuit des années plus tard, alors que John est devenu adulte et qu'il continue d'être la cible de traitements plus injustes les uns après les autres.

Je suis tout à fait ébahie après cette lecture. Bien que la deuxième partie soit plus longue et plus confuse, le message est très fort et transmis avec rage, détermination et amertume. La plume de l'auteur est exceptionnellement riche et fleurie. Habile du verbe, Tristan Egolf interpelle le lecteur et le confronte à des aspects particuliers qui, même exagérés, sont encore très présents à l'heure actuelle et amène forcément à se questionner sur l'éducation qu'on a reçue, celle qu'on veut donner, nos origines, nos préjugés ou encore ce que nous apportons à la communauté.

Un premier roman brillant, acerbe, exécuté avec justesse et doigté. L'histoire de John est exceptionnelle et saura pourtant trouver son écho dans notre société moderne. Je recommande vivement, c'est typiquement le genre de livre qui fait réfléchir et prendre du recul tout en offrant un travail d'écriture savoureux.
Intrigue ☆ ☆ ☆ ☆ ☆
Rythme ☆ ☆ ☆ ☆
Écriture ☆ ☆ ☆ ☆ ☆
Personnages ☆ ☆ ☆ ☆ ☆
NOTE :   4.75 /5
Par Beryce

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire